Suivez-nous sur Facebook…

… et Twitter !

Développement personnel by Cindy

52 façons de pratiquer la pleine conscience






Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre que je viens juste de terminer : « 52 façons de pratiquer la pleine conscience ».

52 façons de pratiquer la pleine conscience

En effet, il y a bien 52 astuces (et même des bonus !) pour pratiquer cette fameuse « pleine conscience », mais d’abord, qu’est-ce que c’est ?

Pleine conscience : ensemble de pratiques et dérivés afin de se rendre compte de notre « nous », des pensées que nous avons et de notre « être » du moment présent.

Selon Wikipédia : expression dérivée de l’enseignement de Siddhartha Gautama et désignant la conscience vigilante de ses propres pensées, actions et motivations. Elle joue un rôle primordial dans le bouddhisme où il est affirmé que la pleine conscience est un facteur essentiel pour la libération (Bodhi ou éveil spirituel). Il s’agit du septième membre du noble sentier octuple. En Occident, la pleine conscience est utilisée comme une thérapie contre la réduction du stress et la prévention de rechutes dépressives.

Alors, pour vous récapituler un peu le livre, voici : 53 façons de pratiquer la pleine conscience, ainsi qu’une aide pour pratiquer la méditation assise. Pour chaque astuce / façon de pratiquer la pleine conscience, une structure est utilisée à chaque fois : définition de l’exercice, rappels, découvertes, leçons approfondies, derniers mots.

Au niveau des 53 astuces, en voici quelques-unes (extrait) :

– Écoutez les sons de la vie
– Qu’est-ce que la souffrance ?
– L’appréciation
– Ne laissez pas de traces
– Soyez conscient de votre centre de gravité
– L’aversion
– Définir et défendre
– L’impatience
– Un jeûne de médias
– Entrez dans de nouveaux espaces
– …

Cela nous donne beaucoup d’informations de manière organisée qui nous permet de comprendre sans mal les techniques à réaliser pour profiter de notre pleine conscience et de vivre à fond.

Avez-vous déjà pris conscience de votre corps, mais de manière vraie ? Par exemple, vous concentrer réellement sur votre respiration ou les gestes de votre main gauche ? Est-ce que vous vous aimez ? Est-ce que vous prenez le temps de regarder dans quel environnement vous vivez ?

La pleine conscience nous aide à mieux nous rendre compte, et ce livre est vraiment top ! Je l’ai dévoré en très peu de temps. Je compte également le relire, pour réellement assimiler toutes les notions inscrites.

D’ailleurs, j’ai pu remarquer qu’il y avait des astuces indiquées dans le livre que je pratiquais déjà, et c’est tout de même un soulagement pour moi que de me dire que finalement, je fais des choses bien, que ce soit pour moi et pour les autres.

C’est pourquoi je pense très sérieusement que « 52 façons de pratiquer la pleine conscience » est un excellent livre pour quiconque souhaite s’améliorer dans la vie de tous les jours, qui a envie de vivre le moment présent, ne pas passer à côté de quelque chose, de profiter des instants qui nous sont offerts…

Parlez-en à vos amis si vous avez déjà lu ce livre, ou même, laissez un commentaire pour donner votre expérience, ce que vous en avez pensé…

Merci !

Cindy

_________________________________________________

Recevez les news du site dans votre boîte mail !

Share Button


6 thoughts on “52 façons de pratiquer la pleine conscience”

  • Salut Cindy !
    Je passe à mon tour sur ton site. L’article est très intéressant. Je n’ai pas lu ce livre mais je pense le faire rapidement. Atteindre la pleine conscience est vraiment un bel objectif pour moi. Il y a aussi un très beau livre de Tolle « Le pouvoir du moment présent ». J’en parle sur mon site dans les livres conseillés. Le pouvoir du moment présent c’est d’avoir pleinement conscience de soi à l’instant T. C’est difficile d’y arriver. Souvent on pense être au niveau mais les choses nous rattrapent. Ça nous délivre des angoisses, des peurs de l’avenir et des regrets du passé. J’ai adoré ce livre très positif. Il y transparaît un Amour pour l’autre, des pensées bienveillantes.
    Bon courage pour la suite. Quel sera le sujet de ton prochain article ?? 😉

    • Hello !
      Merci pour ton retour ! Oui, le livre est très intéressant, je le conseille à tous. Concernant celui que tu as mentionné, je ne m’en rappelais plus, mais j’ai prévu de le lire 🙂
      Le sujet de mon prochain article sera sans doute « L’influence des réseaux sociaux sur notre vie sociale » ! Qu’en penses-tu ?
      Bon courage à toi aussi, on en a tous un peu besoin 😉

      • Oui c’est un sujet intéressant ! Comme toute nouvelle technologie il y a du bon et du mauvais. Tout dépend de l’utilisation que l’on en fait ! Avec les réseaux sociaux il faut essayer de ne pas tomber dans ses travers ( la célébrité à tout prix, la superficialité, la médiocrité), mais on peut les utiliser pour répandre de bonnes choses (faire l’effort de découvrir de nouvelles personnes,échanger, s’ouvrir à de nouvelles passions, se cultiver, répandre des idées positives).
        Pour ma part, je suis inscrit sur facebook et twitter mais j’avoue que je n’y suis pas actif, je n’y vais très rarement. Je trouve que souvent ça ressemble plus à des vitres de l’égo, à une course au bonheur, où chacun veut montrer dans sa vitrine qu’il est plus heureux que l’autre…
        J’étais tombé sur une étude qui disait que plus les gens étaient actifs sur facebook et plus ils se sentaient frustrés et pas très heureux. Qu’en penses tu ? 🙂

        • C’est une très intéressante question. Personnellement, je vois Facebook et Twitter comme des réseaux où si on ne fait pas attention, on peut rapidement y passer des heures et même afficher des éléments personnels dont on ne connait pas réellement l’impact.

          Plus on se met dans ce schéma virtuel, plus on se concentre dessus, donc moins on est connecté à la réalité. La virtualité peut rassurer, car on est derrière un écran, il y a « moins » de risques, mais le fait est que l’on n’est pas à l’abris de toutes les attaques et critiques morales, parce que oui, on ne risque rien physiquement, mais moralement, on peut en prendre un coup.

          Quand une personne dépendante d’un réseau social commence à prendre du recul sur elle-même et se demander ce qu’elle a réellement fait lorsqu’elle naviguait dessus, la réponse reste souvent la même : rien. Donc sur le coup, elle balise car elle a perdu du temps et a l’impression de ne pas avoir avancé dans sa propre vie. De là s’ajoute également de la culpabilité qui va la renfermer un peu sur elle-même, et donc par la suite de la frustration à se renfermer et potentiellement se demander pourquoi elle a tant de barrières dans sa vie, alors que la source n’est pas loin.

          Je pense qu’il faut juste faire le point et comprendre que parfois, nos actions sont toxiques pour nous-mêmes et que les éloigner de nous peut nous faire le plus grand bien. Je m’impose des limites pour Facebook et Twitter car je sais pertinemment qu’ils sont très bons pour faire rester les personnes sur leur réseau social et que si je ne fais pas attention (ou que je ne me pose pas de limites), je vais « retomber » dans une action toxique pour moi et que je le vivrais mal lorsque je ferai ma remise en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.